Léon Dierx

Page créée le 21 novembre 2006 à 09h51 par François Direz print pdf

Léon Dierx est un poète français.

Léon Dierx
Léon Dierx

Né le 31 mars 1838 à Saint-Denis (Ile de la Réunion, alors appelée Ile Bourbon), aîné de dix enfants, Léon Dierx vient faire ses études à Paris en 1854, au lycée Henri IV, il séjourne ensuite en Angleterre puis entre à l'Ecole centrale. Il fréquente les cercles littéraires, rencontre Leconte de Lisle.

Il s'installe à Paris. La ruine de sa famille réunionnaise l'oblige à occuper un emploi de bureau, pour la Compagnie de Chemin de fer d'Orléans. Admirateur de Baudelaire, poète parnassien, il publie ses premiers poèmes dès 1858, avec son recueil Apparitions, qu'il reniera par la suite.

Ses poèmes, comme Soir d'octobre, dédié à Catulle Mendès, annoncent Paul Verlaine et furent admirés par Arthur Rimbaud, la lecture du Vieux solitaire de Dierx peut faire penser qu'il a inspiré le Bateau ivre. Léon Dierx fit partie des poètes qui veillèrent la dépouille de Victor Hugo à l'Arc de triomphe, le 31 mai 1885.

Il est élu Prince des poètes à la mort de Stéphane Mallarmé en 1898.

Léon Dierx meurt à Paris le 11 juin 1912.

Dierx et Mallarmé

C'est lors d'un séjour à Paris en 1863 ou 1864 que Stéphane Mallarmé, alors en "exil" à Tournon, fait la connaissance de Léon Dierx, invité du salon de Catulle Mendès. Mallarmé remarque, dans une lettre à Cazalis, et déplore les similitudes de style de Dierx avec Leconte de Lisle. Ils entretiennent une correspondance, et se fréquentent plus régulièrement au retour de l'auteur du faune en 1871 dans la capitale. En 1872, Mallarmé consacre un article "L'Oeuvre poétique de Léon Dierx", paru dans la Renaissance artistique et littéraire. Mallarmé et Dierx admirent et soutiennent le poète Villiers de l'Isle-Adam. Dierx prend des vacances près de Valvins et rend visite à Mallarmé. Il sera présent lors des obsèques de Mallarmé à Samoreau.

L.Dierx
Léon Dierx

Musée Léon Dierx, 28 rue de Paris, 97400 SAINT-DENIS DE LA REUNION.

Citations

  • « Un bonheur nous vient-il, cherchons-en un à nouveau. » Léon Dierx Extrait des Aspirations
  • « L'homme est né pour souffrir, oublier et se taire. » Léon Dierx
  • « Son bagage de poète est assez considérable. Il plane toujours et sur des sommets inconnus des hommes. » Emile Zola

Bibliographie

  • Apparitions, 1858
  • Poèmes et poésies, 1864
  • Les Lèvres closes, 1867
  • Les Paroles du vaincu, 1871
  • Les Amants, 1879
  • Poèsies complètes, 1896
  • Poésies posthumes, 1912

Un choix de poèmes de Léon Dierx

<< Marcelin Desbordes-Valmore | La constellation Mallarmé | Félix Fénéon >>


Catégorie :

Dernière modification le 06 novembre 2008 à 13h40